CHANTS DES PRISONS TAHITIENNES
"NUUTANIA"

"Nuutania" est le nom de la prison de Tahiti, en Polynésie française. Dans ce territoire d'outremer, c'est le droit pénal métropolitain qui
s'applique. Cette prison - située à 20 000 km de Paris -, est gérée par
l'administration pénitentiaire française. Elle rassemble 300 détenus, dans
des conditions de détention difficiles vu la vétusté des locaux et surtout
la surpopulation qu'elle connaît. Près du tiers des détenus y subissent de
longues peines, allant parfois jusqu'à 20 ans d'incarcération.

 

Le CD "NUUTANIA" est le produit d'une expérience unique et exceptionnelle.
Isabelle Hugues (chef de projet du contrat de ville de Papeete) et Philippe
Pottier (directeur du service d'insertion et de probation de Polynésie
française) souhaitaient réorienter les actions de lutte contre l'illétrisme
menées auprès des détenus du centre pénitentiaire de Nuutania, à Tahiti. De
leur rencontre avec PHILO FOURNIER (musicien-auteur-compositeur) est né ce
projet : Produire un CD audio, entièrement conçu par les détenus.

 

Le projet consistait à faire travailler les détenus sur l'écriture des
chansons, parole et musique, mais aussi sur la réalisation de la maquette
du CD. L'objectif artistique était d'utiliser la culture d'origine des
détenus (culture polynésienne), ses instruments traditionnels, ses formes
d'expression, et de retranscrire et restituer un aperçu de l'univers sonore
de la prison. La visée sociale était de tisser un lien fort entre les
détenus et l'extérieur, en valorisant leurs ressources propres et leurs
capacités à communiquer jusqu'alors inexploitées.

 

Une cinquantaine de détenus, hommes et femmes, ont participé à la création
de ce CD. Ils ont travaillé collectivement durant une période allant de fin
juillet à décembre 1998. Philo Fournier a animé le projet et réalisé tous
les enregistrements à l'intérieur de la prison.

 

Aucun de ces détenus n'était un musicien professionnel. Tous ont été choisi
pour participer au projet parce qu'ils étaient en situation d'illétrisme.
Beaucoup d'entre eux ne croyaient pas vraiment à la réussite du défi qu'on
leur proposait. La réalisation finale démontre la pertinence de l'hypothèse
de départ : en misant sur l'action culturelle, en affichant un objectif
ambitieux, en pariant sur les ressources de chaque individu et ses
capacités de création, on obtient un résultat bien au-delà de ce qu'on peut
attendre d'une action d'enseignement plus classique.

 

La production du CD offre à l'action un aboutissement visible, évaluable.
Toute chanson, toute musique est faite pour être écoutée par un autre que
celui qui l'a écrite, composée ou chantée. Et particulièrement ces
chansons-là, dont l'authenticité affleure à chaque mot. Ces hommes et ces
femmes détenus nous font partager leurs émotions, leurs peines, leurs
souffrances, et la poignante ferveur de leur repentance. Et ainsi, de
derrière les murs clos de leurs cellules, avant d'être plus tard, beaucoup
plus tard pour certains, libérés, ils renouent déjà contact avec ceux du
dehors. Ainsi, ceux du dedans se découvrent tout à fait capables de parler,
d'écrire, de dessiner... pour ceux du dehors, avec un talent qu'ils ne
soupçonnaient pas.

 

C'est bien là le but essentiel d'une action de lutte contre l'illettrisme,
apprendre ou réapprendre à communiquer avec l'autre.

 

Mais il y a bien d'autres choses dans ce CD. L'auditeur découvrira des voix
inconnues, proprement inouïes, comme celles de ces chants a cappella
chantés à partir des cellules-même, proches des chants religieux
polynésiens traditionnels (mais différents), qu'on ne peut entendre qu'à la
prison de Nuutania.

 

L'autre grande réussite de ce projet est de faire découvrir des voix
authentiquement polynésiennes. Accompagnés par des instruments
traditionnels, chantant comme on chante chez eux, reproduisant les couleurs
et les sons de leur culture, les détenus de la prison de Tahiti à Nuutania
ont réalisé une uvre originale, loin des produits standardisés et
occidentalisés, loin de ces images d'Epinal destinées aux touristes.

 

le CD "Nuutania" est une exception totale dans le panorama de la production
discographique tahitienne contemporaine. Il est une véritable manifestation
de la culture polynésienne, culture bien plus profonde qu'on ne l'imagine
souvent. Comme on peut le voir sur l'illustration du livret - illustration
réalisée par les détenus -, ce projet témoigne des douleurs engendrées par
un choc inévitable de cultures, choc où le noyau polynésien tente de
résister à l'assaut de la profusion d'images, de bruits, d'agressions du
monde moderne. Le CD "Nuutania" est aussi l'expression de la "façon d'être"
polynésienne, où les émotions savent encore s'exprimer simplement; de cette
manière polynésienne d'être au monde, emplie de compassion pour les autres
et pour soi-même, où l'on existe qu'avec les autres, dans une approche du
monde où l'esprit l'emporte sur le matériel.

 

En réalisant ce CD, les détenus de Nuutania ont offert à leurs amis, et à
ceux du dehors, bien plus qu'une démonstration de leur désir de
progresser... Ils leur ont offert une EXPRESSION INCOMPARABLE de l'âme
polynésienne. C'est si rare .

 








songs from tahitian jails

 te maitai no nia mai
te tuoraa l'oa
pour ma mere bien aimee
nuutania